Paroles d'experts

Déceler le problème chez son enfant

déceler le problème

L’hôpital pour enfants de Montréal insiste sur l’importance de déceler très tôt le problème chez l’enfant
Origine de cet article: http://www.thechildren.com/fr/sante

Parmi les facteurs qui favorisent les troubles alimentaires, on identifie une composante génétique spécifique aux troubles de l’alimentation ainsi qu’un facteur héréditaire. Il arrive ainsi qu’un des deux parents ait eu des comportements nutritionnels anormaux.
Les jeunes qui souffrent de ces maladies doivent être capables de s’astreindre à une discipline extrême; c’est pourquoi la persévérance, l’ambition, l’obsession et la tendance au perfectionniste sont des traits de caractère que l’on associe souvent à ces troubles.
Des expériences personnelles traumatisantes, comme des agressions, de la violence morale ou physique, des ruptures ou un contexte familial trop sévère, peuvent aussi être en cause.
La société et son culte extrême de la minceur, les magazines de mode et leurs mannequins squelettiques, les vedettes et la mode elle-même envoient tous le même message, soit celui qu’être mince, c’est donc être belle.
On note aussi que certains milieux peuvent influencer l’apparition de ces troubles, notamment les écoles réservées aux filles, certains sports comme la gymnastique et la natation, ou encore des métiers liés au monde du spectacle comme la danse, la mode et le cinéma.

Comment déceler le problème ?

Le comportement des personnes souffrant d’anorexie ou de boulimie change. Prêtez attention aux signes suivants :
– Modifications des habitudes alimentaires (couper dans les desserts et la nourriture grasse, compter les calories).
– Excuses pour éviter de manger en même temps que tout le monde : ? J’ai déjà mangé , je vais manger plus tard !.
– Fluctuations de poids (boulimie).
– Longues périodes passées dans la salle de bain avec, à l’arrière plan, l’eau du robinet qui coule (boulimie).
– Travail acharné sur les projets scolaires, volonté de réussite hors du commun.
– Isolement, renfermement sur soi.
– Troubles de sommeil.
– Exercices excessifs

Le rôle des parents

Votre attitude peut influencer un enfant fragile; votre rôle est donc crucial.

  • Evitez de critiquer le corps de votre enfant et d’accorder trop d’importance à l’apparence physique des autres.
  • Ne condamnez pas les aliments gras ou caloriques.
  • Parlez des bienfaits des aliments et de l’exercice.
  • N’utilisez pas la nourriture pour faire du chantage.
  • Faites attention à vos propres comportements face à la nourriture.
  • Expliquez à votre enfant les dangers reliés aux régimes.
  • Soyez attentif aux modèles de vos enfants (actrices, mannequins) et expliquez-leur bien que ce n’est pas un idéal absolu.
  • Accordez du temps aux repas et faites-en une activité familiale.

Si vous pensez que votre enfant souffre
d’un de ces troubles alimentaires
il est essentiel que vous abordiez  le sujet avec lui !

Ces maladies peuvent ainsi entraîner la perte de cheveux, un ralentissement du métabolisme, un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde, l’arrêt des menstruations, un épuisement, des troubles cardiaques, de l’anémie ou de l’ostéoporose. Les troubles alimentaires peuvent être fatals (20% des personnes atteintes en meurent).

Il faut donc aborder directement la question avec l’enfant et y faire face avec lui, car il n’est pas en mesure d’aller chercher de l’aide lui-même.  Il est important aussi d’obtenir l’aide d’un professionnel de la santé.

Origine de cet article: http://www.thechildren.com/fr/sante