Témoignages

On peut s’en sortir et guérir !

guérir

Bonjour à tous et à toutes,

Je me présente Jennifer 25 ans, ancienne anorexique.
On peut guérir ! Je tiens à vous dire que l’anorexie, la boulimie ou tout autre trouble du comportement alimentaire n’est pas une fatalité.

Il est tout à fait possible de s’en sortir mais pour cela il ne faut pas rester seul, il faut en parler car la parole est libératrice.

Bien sûr la seule parole ne suffira pas à vous guérir mais elle aide beaucoup! Il faut également un suivi avec des spécialistes tels que psychologue, psychiatre, médecin traitant, nutritionniste et/ou une hospitalisation en centre spécialisé.

Une chose est certaine, c’est que dans les moments de doute, de souffrance, il ne faut pas restez seul.

Il faut parler de ce que vous ressentez et les associations sont là pour ça. C’est un lieu d’écoute et d’échange entre malades, anciennes malades et familles de malades, qui permet à chacun de pouvoir s’exprimer librement mais également de comprendre le point de vue de l’autre.

Pour ma part j’ai souffert d’anorexie pendant 6 ans, cette période a été très dure non seulement pour moi mais pour ma famille, surtout pour ma mamie. C’est elle qui s’est aperçue que je souffrais de cette maladie, car oui l’anorexie n’est pas un caprice mais une réelle maladie.

Mon processus de guérison n’a pas été simple car je faisais de l’anorexie-boulimie. J’ai tout d’abord tenté de me faire suivre en ambulatoire avec une psychiatre et mon médecin traitant mais cela ne m’a pas servi car je refusais tout simplement d’admettre que j’étais malade, pour moi la maladie était la seule chose que je pouvais contrôler.

Quelques années après j’ai décidé de me faire hospitaliser à l’hôpital St jacques à Nantes dans un service spécialisé en addictologie. J’y suis restée 1 mois et demi car mon contrat était tel que je souhaitais ré-apprendre les bases d’une alimentation équilibrée. Bien entendu à la sortie de l’hôpital je n’étais pas guérie, j’ai poursuivi avec la psychiatre et le médecin traitant. Durant cette période je vivais chez ma mamie, cette période n’a pas été facile à vivre ni pour ma mamie ni pour moi car je ne savais pas expliquer ce que je ressentais. Je rentrais souvent en conflit avec ma mamie qui ne comprenais pas forcément ce que je pouvais ressentir. Et pourtant elle a été pour moi d’une grande aide.

L’association nous a permis de nous comprendre, nous a permis de rétablir un dialogue, car en ce lieu d’échange j’ai osé dire des choses que jamais je ne lui avais dites auparavant. 

Il en a était de même pour ma mamie. J’ai pu comprendre ce qu’elle ressentait.
De ce fait nous avons pu, malgré les moments de conflits, nous parler sereinement, nous comprendre l’une l’autre, ce qui pour moi est très important.

De plus grâce à l’association mon processus pour guérir s’est accéléré, car j’ai pu entendre des témoignages de personnes qui s’en étaient sorties

et là je me suis dit que si elles y étaient arrivées moi aussi je le pouvais et qu’un jour c’est moi qui serais à leur place. Je me suis investie dans l’association, me suis rendue aux réunions mensuelles tout en continuant le suivi médical et j’ai réussi à m’en sortir.

Alors dites-vous que souffrir d’un trouble du comportement alimentaire n’est pas une fatalité, on peut guérir avec de l’aide, avec la parole et avec de la volonté. C’est pourquoi je vous dis ne restez pas seul. En parler c’est déjà un premier pas vers la guérison.
Les associations sont là pour vous accueillir et il y en a de plus en plus en France !
Ce site aussi si vous ne trouvez pas la force de participer à des réunions.
Mais surtout ne restez pas seul(e)(s).

Courage et patience sont forces de temps.
Bien amicalement.